La naissance d’Amaury

16 Nov 2016 * Classé dans : Accouchement, Maternité, Vos expériences * 0 commentaire(s)

Voilà très longtemps que je souhaitais partager avec vous ce témoignage…Le genre de témoignage sincère de l’expérience d’une maman que j’aurais adoré lire pendant ma grossesse ! Neuf mois fait de hauts et de bas et une naissance fabuleuse d’un petit Amaury.
Je souhaitais également partager avec vous le travail d’Agnès Colombo, photographe maternité dynamique et hyper enthousiaste et positive ! Un plaisir de la voir travailler et surtout de voir le résultat de ses séances. Ce type de séance est encore peu courant et pourtant j’adore le rendu authentique de ce que devrait être selon moi le souvenir d’une séance photo à la maternité.

Je vous laisse donc découvrir cette séance et également le témoignage de Sophie !

 

  • Les parents 
    Sophie et Armand, parents d’Amaury, métis franco-cambodgien. Au moment de sa naissance, j’avais 33 ans et 37 ans pour le papa. Nous habitons dans un petit écrin de verdure en région parisienne : Maisons Laffitte.

 

  • La grossesse
    Amaury est arrivé presque par surprise. Disons qu’il n’avait pas été « programmé/attendu » comme dans la plupart des grossesses. Nous discutions de cette envie d’enfant, n’étions peut-être pas encore tout à fait prêt à nous lancer consciemment dans cette aventure de la parentalité. Et c’est donc sans y penser qu’il a été conçu. Il nous a fallu quelques temps pour réaliser que nous serions bientôt 3 
    Ma grossesse a été « idéale » et stressante à la fois. Idéale car j’ai eu la chance d’échapper à tous les maux classiques de la grossesse (ou alors je suis frappée d’une grosse amnésie 😀 ). Mais stressante car on m’a découvert une anomalie utérine au tout début de la grossesse qui allait me placer dans la catégorie ‘grossesse à risque’. De fait, le corps médical m’avait dès le départ annoncé la couleur : risque de fausse couche, de naissance prématurée, de siège et de césarienne. Tout pour bien vivre sereinement un tel événement ! Conséquence, j’ai eu la sensation d’avoir une grossesse surmédicalisée, et par précaution, le médecin m’a arrêtée à 5 mois, alors que je me sentais bien et que mon ventre commençait à peine à s’arrondir. Sur le moment, je l’ai un peu mal vécue car cela me donnait l’impression que la grossesse était une maladie. J’ai trouvé que mon ventre s’est mis à pousser dès lors que j’ai accepté dans ma tête que c’était raisonnable d’être arrêtée, pour le bien du bébé. J’ai essayé de vivre ce changement physique et émotionnel au jour le jour, malgré une augmentation des contrôles médicaux pour cause de liquide amniotique peu abondant. Il me semble avoir plutôt bien vécu cette période dans l’ensemble alors qu’Armand était plutôt du genre angoissé. La parentalité est difficile à concevoir quand il n’y a pas eu de projection. Certains s’imaginent parents avant toute conception, nous on a appris à le devenir pendant et après la grossesse.

  agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-15

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-1

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-13

  • L’accouchement 

Vu ce qui m’attendait, je ne me suis pas trop projetée sur comment j’accoucherais. J’avais fini par me faire une raison et accepter l’idée d’une césarienne. Vers le 6ème mois, j’ai eu un brin d’espoir sur un possible accouchement par voie basse, même si présentation en siège. L’hôpital où j’étais suivie prenait bien en charge ce genre d’accouchement. Mais en fait non. Il a fallu avancer l’arrivée de bébé car il était au sec : quasi plus de liquide amniotique ! C’était un jeudi, venue pour un dernier contrôle et on m’annonce que je ne rentrerais pas chez moi ! Bébé toujours en siège, mais périmètre crânien trop large par rapport au bassin, direction la salle d’opération pour une césarienne ! Il était midi quand j’ai dû digérer la nouvelle (toute seule, car Armand était au boulot) et là, c’est la course pour prévenir Armand, qu’il soit là à temps quand je rentrerais en salle qui avait été réservée pour 15h. Je n’ai pas trop réalisé ce qui se passait vraiment en fait. Ma seule préoccupation était de m’assurer auprès du corps médical qu’Armand aurait le droit d’être à mes côtés dans la salle pendant la césarienne. La préparation du bloc a été assez épique, les différentes équipes médicales se lançant des pics devant moi…. Puis vient le moment de la « délivrance » : on me présente mon bébé, je reste scotchée quelques secondes et soudain c’est la vallée des larmes, incontrôlable. Il est beau, tout rose, tout potelé, si calme…. Je ne réalise pas encore que je viens de donner la vie.

La séance
Séance grossesse :
Nous avions convenu avec Agnès de le faire en extérieur, et de profiter du cadre que nous offrait Maisons Laffitte. La météo de novembre a été pile au rendez-vous et Agnès a su sublimer et immortaliser ce moment de vie. Un super soleil d’automne, à moins d’un mois de la naissance (mais ça on ne le savait pas encore), des couleurs magnifiques. Et mon cher et tendre a accepté de jouer le jeu, lui qui n’est pas super à l’aise face à un objectif.

Séance maternité :
J’ai longuement hésité entre une séance bébé en mode cocooning à la maison, et capté les tous 1ers instants de vie d’Amaury. Finalement dans l’euphorie de la naissance, le choix s’est imposé de lui-même. Ça sera à la maternité, malgré mon air défait et ma blouse de maternité 😀 Comme sa naissance a été un peu précipitée, je n’étais pas sûre de la dispo d’Agnès, mais qui ne tente rien n’a rien… Sur le coup, on se dit que notre bébé est le plus beau du monde, que ses traits sont parfaits, mais que nenni en fait ! Notre perception est trompée par les hormones ! 😀 Heureusement que les photos sont là pour nous rappeler la magie de l’instant, mais aussi la réalité… Et qu’est-ce que j’aime ces images !!

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-12

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-10

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-7

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-9

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-8

  • Le choix du prénom
    Nous avons eu beaucoup de mal à dresser une short liste, puis à trancher sur le prénom final. Conclusion, notre petit bout a passé les 3 premiers jours de sa vie sans prénom ! Nous gardons en souvenir son bracelet de maternité où il est marqué : « Garçon B ».
    Amaury est un dérivé du prénom Amalric, d’origine germanique (et non pas breton, comme la plupart des gens le croient !). La raison première du prénom est sa « rareté ». Nous voulions un prénom qui sorte un peu de l’ordinaire, et qui ne soit pas fréquemment donné. Ensuite, l’origine, en tant que clin d’œil à une partie des origines d’Armand.
    Nous avons aussi décidé de lui donner un 2ème prénom, celui dans la short liste en fait (2 étaient en concurrence). Celui-là me plaisait car il sonnait un peu plus exotique à mes oreilles. Nous avions tellement hésité entre ces 2 prénoms que nous avons fait le choix de finalement les garder, mais peu de gens savent pour son 2ème prénom. Nous le gardons pour nous un peu comme un jardin secret, car nous nous sommes dit que le fait d’avoir réfléchi à lui trouver un prénom a fait partie de sa construction/personnalisation de l’enfant en devenir.

Au final, pourquoi cet ordre des prénoms ? Nous nous étions dit que l’on choisirait en fonction de celui qui lui irait le mieux, mais en fait, les 2 lui allaient bien ! 😀 D’où les 3 jours à hésiter…. Amaury a gagné car c’est celui trouvé par son papa, et que cette idée me plaisait bien 

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-6

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-4

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-5

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-2

agnes-colombo-photographe-bebe-maternite-colombes-3

  • La photographe
    Agnès m’avait parlé de son projet de se lancer dans la photographie. Lorsqu’elle a sauté le pas, j’ai suivi ses reportages de loin, à travers son blog. J’ai adoré son style, ses photos, la vie qu’elle mettait dans ses photos ! L’idée a fait son chemin de garder des souvenirs de ma grossesse et d’immortaliser les 1ères heures d’Amaury, et c’est donc tout naturellement que j’ai pensé à Agnès. De toute façon, ça ne pouvait être personne d’autre qu’elle ! Si elle n’avait pas été dispo, et bien nous nous serions contenté de nos piètres compétences de photographes :p . Je dois dire qu’Armand était un peu sceptique quant à prendre un photographe professionnel. Mais après avoir rencontré Agnès et avec les photos sous les yeux, il a été conquis ! Un grand merci à Agnès d’avoir su se rendre dispo pour ces 2 séances, surtout celle de la maternité, même pas 24h après la naissance d’Amaury.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un joli commentaire